Bien utiliser un polariscope pour la fabrication de bijoux

Bien utiliser un polariscope pour la fabrication de bijoux post thumbnail image

La plupart des créateurs en herbe se posent toute une question sur l’enchaînement des différentes étapes de fabrication des bijoux. Retrouvez dans les prochaines lignes les techniques indispensables et non exhaustives pour créer des bijoux.

Les tests gemmologiques pour identifier la pierre

Identifier les pierres gemmes d’un bijou avec précision est une compétence essentielle en termes de joaillerie et de gemmologie. En effet, toutes les espèces minérales possèdent leurs propriétés physiques et optiques. Les données scientifiques peuvent aider à les prouver et à obtenir une identification formelle. Pour déterminer l’espèce d’une pierre, il faut passer par des tests gemmologiques. Avant d’utiliser un microscope, assurez-vous que la pierre soit propre. Une petite trace de doigt, des poussières ou la présence de gras peut fausser le résultat. Il est aussi important de vous familiariser avec l’outil.

Il existe en effet différentes techniques d’éclairage, telles que l’éclairage à fond clair ou le champ sombre, l’éclairage polarisé, diffus et réfléchi. Le microscope permet de détecter et d’afficher toutes les caractéristiques de clarté ou inclusions. Ces dernières sont importantes pour identifier les pierres précieuses. Elles permettent également de connaître les améliorations et les traitements, voire l’origine de la pierre.

Pour le travail d’identification, il est aussi recommandé d’utiliser une loupe à grossissement x10. Vous pouvez exercer votre dextérité manuelle à l’aide de ce matériel et d’une pince à épiler. Pour ce faire, vous devez ramasser les pierres et bien les regarder. Grâce à une loupe, vous trouverez des indices comme le doublage, les inclusions et les caractéristiques de la surface.
Ceci étant, l’indice de réfraction permet de mesurer les modifications de l’angle, mais également la vitesse de la lumière traversant une gemme. Pour cela, il faudra utiliser un réfractomètre. Vous devrez comparer l’indice mesuré pour obtenir les valeurs caractéristiques de la pierre et définir les espèces minérales possibles.

Quant au polariscope, celui-ci peut aider à déterminer si la pierre est un agrégat, réfractive ou doublement réfractive individuellement. Ce dispositif détermine aussi la figure optique de la gemme. Si elle a un axe optique, elle est donc uniaxiale. Si elle dispose de 2 axes optiques, elle est biaxiale. Si la pierre a une double réfraction, l’axe optique peut désigner vers quelle direction la lumière ralentit, puis se réfracte. Notez que les pierres transparentes et translucides sont les seules pouvant être testées de manière précise avec un polariscope.

Pour terminer les analyses, il y a d’autres tests gemmologiques à réaliser avec différents outils. Ce sont notamment le dichroscope, la source de lumière UV, le spectroscope, le filtre Chelsea et les testeurs de diamant. Vous pouvez également faire des analyses supplémentaires pour séparer les pierres précieuses authentiques et synthétiques. Le test magnétique peut par exemple aider à éliminer quelques hypothèses. Puis, il y a des tests destructifs pouvant endommager la pierre comme le testeur de dureté. Ce dernier permet de déterminer la dureté de la pierre.

Une fois les caractéristiques de la pierre définies, vous pouvez envisager la fabrication du bijou.

Les différentes étapes de fabrication d’un bijou

La première chose à faire pour fabriquer un bijou est de dessiner sur le métal. Il existe plusieurs façons de transposer une esquisse sur ce dernier. Vous pouvez peut-être la réaliser sur papier, puis la coller sur la plaque. Il est aussi possible de graver le métal directement en utilisant une pointe à tracer. La prochaine étape est la découpe. Souvent, il faut utiliser un bocfil dans lequel vous devez enfiler une lame de scie très fine. Vous devrez ensuite l’enduire avec un peu de cire avant d’attaquer. Certes, la découpe a laissé des bords irréguliers ou francs. Il est donc important de reprendre le tracé et d’enlever les traces laissées par la scie en limant le métal. Les limes peuvent aussi être utilisées pour former, creuser et texturer le métal. Attention, il faut toujours limer vers l’avant pour ne pas abîmer votre travail préalable.

Maintenant, il faut texturer la surface avant de souder tous les éléments. Pour le texturage, les techniques les plus couramment utilisées sont le martelage, le ciselage, le poinçonnage et la réticulation. Lorsque le plané ou les fils sont correctement limés et aux bonnes dimensions, il faudra mettre en forme le bijou. Vous devez ramollir le métal au préalable pour qu’il se plie à vos envies. Faites-le passer sous la forte chaleur d’un chalumeau pendant un certain temps, jusqu’à ce qu’il devienne rouge. Evitez de le surchauffer, car il risquera de s’altérer ou de fondre. Grâce à cette action, le métal est souple. Cependant, cela peut également l’oxyder. Pour enlever l’oxydation, plongez-le dans un liquide appelé déroché durant quelques minutes. Répétez le dérochage chaque fois que vous soumettrez le métal à la chaleur. Ainsi, vous pouvez l’aplanir, le tordre, le cintrer, l’emboutir, le plier, le former et le torsader.

L’étape suivante semble plus délicate, le soudage de l’argent ou du laiton. Souder ou braser consiste à unir tous les éléments à partir d’un alliage beaucoup plus fusible que le métal employé. Ils sont assemblés, puis chauffés, ce qui permet de communiquer leur chaleur au paillon de brasure et de le faire fondre. La température de la chaleur pourra ainsi aider à fusionner le paillon de soudure.

La dernière étape de fabrication d’un bijou est la finition et le polissage. En fonction de l’ampleur de la tâche, songer à vous servir d’une lime pour venir à bout d’excès de soudure. Un petit passage de papier émeri peut aussi suffire pour avoir une surface sans rayures et lisse. Pour un résultat « poli miroir », utilisez des tissus que vous devrez enduire de pâte à polir au préalable.

Laisser une réponse